Mes pratiques

Mon approche, l’Analyse Psycho-Organique, Brainspotting

Mon approche

Mon approche est avant tout ajustée à la personne que je vais rencontrer et à la demande qu’elle exprime en venant à mon cabinet. Entamer une démarche d’accompagnement – à visée thérapeutique – s’instaure dans une rencontre humaine avant toute chose, une rencontre incarnée. Les motivations profondes de celui ou celle qui prend rendez-vous seront le plus souvent implicites, non identifiées consciemment, voire floues.  Peu importe. C’est dans la relation qui va s’instaurer que les évènements prendront sens, que le chemin s’ouvrira et d’autres possibles émergeront.

La première chose importante est de me positionner en tant que professionnelle qui acte de l’endroit précis où se trouve son client ou patient et de ses besoins et demandes que nous prenons le temps de clarifier ensemble. Mon rôle est de l’accompagner pour avancer un pas plus loin, dans la direction souhaitée.

La méthode est au service de la perspective.

J’aime choisir et utiliser des méthodes éprouvées, efficaces et reconnues.

Je me positionne loin des prises de position idéologiques ou des guerres de chapelle. Je n’applique pas des méthodes par principe, mais parce que je sais qu’elles vont être au service de mon patient, ajustées. Toujours en me posant la question de savoir si c’est la plus adaptée tout en étant la plus « efficace » pour lui permettre de modifier son expérience.

Je sais d’expérience aussi que davantage que l’appartenance à telle ou telle méthode, il convient d’en appliquer la substantifique moelle. Je suis convaincue désormais, par ma pratique, que la dimension psychique est par essence complexe et toujours en mouvement, que les progrès nous permettent de l’appréhender avec toujours plus de finesse. Pas d’a priori, encore moins de mélange et d’à peu près. Toujours savoir d’où l’on parle, ce que l’on fait, avec quelle référence. Être toujours alerte, animée du devoir de connaître les derniers développements, de l’état de la recherche, de ses résultats. Du professionnalisme et une vision toujours claire de la matière que l’on manie, que l’on touche, qui nécessite justesse et précaution. Sans oublier ce qui me semble au centre, faire avancer et stimuler pour faire bouger. Jamais de complaisance vis-à-vis de soi-même, une action et une posture éclairée et éclairante. Pas de rendez vous de confort, par habitude, juste pour « parler ».

Une référence centrale est au cœur de mes interventions et prises en charge, qui consiste à prendre en compte les trois dimensions du cerveau humain : le néocortex, le cerveau limbique et le cerveau reptilien ou tronc cérébral. En d’autres termes pour parler le langage de l’Analyse Psycho Organique, les pensées et la cognition, les émotions, mais aussi le corps. Cette trilogie est aussi au cœur de l’approche du Brainspotting dans laquelle le travail de régulation se fera en dessous du néocortex, en sous cortical. Vous l’aurez deviné peut-être, il convient de mettre en travail d’autres dimensions que la parole.

C’est en activant ainsi d’autres ressorts que la parole, tout en l’articulant à celle-ci, que le patient pourra mettre du sens et exprimer ce qu’il vit dans sa profondeur. C’est une clé puissante pour modifier son expérience.

L’Analyse Psycho-Organique

L’analyse Psycho Organique présente une dimension dans laquelle nos pensées, nos émotions et nos sensations sont sans cesse écoutées, mobilisées et mises en lien.

Le rôle du thérapeute consiste à souligner, mettre en relief, émettre des interprétations pour stimuler l’inconscient et donner des clés de compréhension de soi-même. Il s’agit de mieux se comprendre pour mieux se transformer.

C’est le patient qui guide le processus au fil des séances et qui apporte les thèmes qu’il souhaite évoquer. L’interaction a lieu à la fois en face en face, mais aussi allongé(e) – à l’exemple du divan de l’analyse – dès que cela est pertinent pour accéder à soi-même différemment. Le thérapeute peut proposer à certains moments des techniques dites de « rêve éveillé », de relaxation, mais également d’autres dispositifs, ajustés. Vous l’aurez compris, cette approche est à la fois complète et sur-mesure.

Une méthode qui fait le lien entre la psychanalyse et les approches psychocorporelles

L’analyse psycho-organique (APO) est une méthode née dans les années 1975 qui fait le pont entre la psychanalyse et les approches psychocorporelles. Imaginée par Paul Boyesen, elle propose des modèles qui rendent compte à la fois des processus psychiques, organiques, émotionnels, énergétiques. Son nom est composé de trois termes. « L’analyse » car elle est héritière de la psychanalyse en s’appuyant sur des concepts majeurs tels que l’inconscient, le transfert et le contre transfert, les pulsions, le symbolique, l’imaginaire et le réel… « Psycho », car elle a pour objet la pratique de la psyché, tant sur le plan intrapsychique que interrelationnel et trans générationnel. « Organique », enfin, qui signifie à la fois ce qui se réfère aux organes et aux tissus vivants et au corps. En effet pour l’Analyse Psycho-Organique, la pensée est vécue dans le corps et nous pouvons sentir les pensées. Cette méthode met en évidence comment un mot peut toucher le corps en passant par exemple par une image, mais aussi comment à partir de l’inconscient corporel peut se former une image et se dire une parole. Elle permet ainsi une approche en finesse de l’inconscient pour comprendre comme se font blocages et distorsions en vue de libérer l’énergie.

Les trois niveaux de l’Analyse Psycho-Organique

La topique de l’analyse psycho organique est composée de trois niveaux, l’organique profond, la connexion organique et le concept.

L’organique profond, qui concerne la vie organique, somatique, régie par les systèmes neuro végétatifs. Il s’agit de l’instinct, de l’innée, de l’énergie de vie. Les méthodes utilisées par le psychothérapeute sont alors la détente, la relaxation, ou à l’inverse la mobilisation du corps pour réinvestir la sensation corporelle. Se situer à ce niveau pour débuter un travail permet pour un patient souffrant de maladie organique ou de troubles des conduites alimentaires de recontacter la vie organique inconsciente. Le second niveau est la connexion organique, qui se situe dans le lien entre le vécu corporel et la sensation ou entre le ressenti corporel et des situations vécues ou fantasmes. Lorsque l’on travaille avec ce niveau, le thérapeute est attentif à laisser raisonner les émotions, à comprendre le sens que peut avoir une sensation organique porteuse d’un souvenir. On peut y travailler avec le rêve et avec tout ce qui fait l’interface entre la sensation, l’émotion et la pensée par l’intermédiaire de l’image, ou la voix notamment.

La connexion organique est l’articulation entre l’engrammation corporelle de situations non élaborées et le sens dont ces encapsulations sont porteuses.

Le concept est le monde de la pensée, de la logique, de la temporalité, de la réflexion, de l’évaluation et du choix. Lorsque le psychothérapeute propose de travailler à ce niveau, le travail est de l’ordre de l’interprétation, proche de la pratique analytique, permettant dans le transfert de mettre en évidence dans l’histoire du sujet le sens d’un comportement répétitif, d’une phobie, d’un sentiment d’échec, etc.

La particularité de l’analyse psycho-organique est cependant de toujours articuler le sens à la sensation corporelle et au sentiment. En APO, nous considérons que l’expérience charnelle est le lieu même de la subjectivation. Ainsi, l’analyste psycho-organique ne cherche pas à réaliser un travail exclusif dans le champ conceptuel mais bien au contraire cherche à lier ce travail conceptuel à la réalité corporelle et « enchairée » de son patient. La pratique de l’APO permet de reconstituer une fluidité de fonctionnement à chacun des trois niveaux et de créer ou d’établir des liaisons conscientes.

Brainspotting

Le Brainspotting est une approche pragmatique tournée vers l’efficacité. C’est une thérapie que l’on peut qualifier de somato-psychique ou de neurobiologique.

Une thérapie « brève »

Elle fait partie des nouveaux modes de prise en charge et que l’on classe parmi les thérapies brèves. Elle a été mise au point par David Grand en 2003, à partir d’une méthode désormais bien connue, l’EMDR.

Tout d’abord utilisée pour traiter les traumatismes graves, cette thérapie permet aujourd’hui de traiter une large palette de troubles mais aussi de renforcer ses ressources. Le Brainspotting a des résultats significatifs sur l’ESPT (État de Stress Post-Traumatique) et permet de résoudre les séquelles de traumas aigus ou chroniques, les symptômes comme les douleurs persistantes (par ex, les céphalées chroniques, les fibromyalgies, etc.) mais aussi l’anxiété, la dépression, les phobies, etc.

Une stimulation des capacités naturelles d’autorégulation

Sa spécificité est d’agir en stimulant des voies qui évitent la pensée donc le néocortex, c’est-à-dire qu’elle dépasse les limitations ou freins des méthodes basées sur la parole. Le Brainspotting s’appuie sur la capacité naturelle du corps à s’auto réguler. C’est le corps qui agit et stimule des réflexes pour donner une voie d’accès aux mémoires bloquées. Le Brainspotting utilise le champ visuel et en particulier des positions oculaires stratégiques dites « Brainspots » qui sont recherchées à partir de la problématique du patient.

La progression du patient est soutenue par la Pleine Conscience du patient sur le processus, ainsi qu’un « accordage » profond avec le thérapeute.

Les séances de Brainspotting sont souvent surprenantes. Le psychothérapeute part du principe que le patient détient en lui-même toutes les clés permettant de résoudre la thématique et les défis qu’il rencontre. Le Brainspotting va donner un cadre très précis afin qu’un tel processus de traitement puisse avoir lieu.

Le Brainspotting a fait l’objet de quelques études scientifiques (2017) qui montrent des résultats significatifs avec une diminution significative des symptômes de stress post-traumatique juste après les séances et 6 mois après.

Prendre rendez-vous

Je vous reçois sur rendez-vous à Rueil-Malmaison et à Paris.

Pour tout renseignement, vous pouvez me joindre par téléphone ou via le formulaire de contact ci-dessous.

06 63 05 27 75

13 + 6 =

Thérapies individuelles et parents enfants

En cabinet :
– 2 rue de la Réunion, 92500 Rueil-Malmaison
– 10 rue Daguerre, 75014 Paris

Thérapies en contexte professionnel

Sur les sites des clients ou à mon cabinet